Les découverts bancaires fréquents poussent souvent le foyer à vouloir rééquilibrer ses finances. Pour retrouver une situation financière stable, de nombreux ménages optent pour le rachat de crédits avec découvert bancaire.

Découvert autorisé et non autorisé

De nombreux ménages français n’ont pas suffisamment de liquidités pour payer leurs charges mensuelles ou font simplement face à des dépenses exceptionnelles. Toutes sortes de situations peuvent pousser un foyer à être dans le rouge, impliquant de rechercher une solution adéquate.

L’utilisation du découvert bancaire, qu’elle soit fréquente ou non et selon la convention de compte, engendre des frais qui peuvent s’avérer importants. Dans le cadre d’un découvert non autorisé, ces frais peuvent bondir et induire des rejets d’opérations.

Le découvert autorisé : le fonctionnement

Lors de l’ouverture d’un compte courant, un accord écrit entre le banquier et le débiteur doit être signé. Celui-ci précise le montant du découvert autorisé, le taux d’intérêt qui y est affecté et les conditions de remboursement. Les modalités appliquées au découvert autorisé dépendent des barèmes des banques et peuvent donc fluctuer d’un établissement financier à un autre. La durée du découvert est également prise en compte puisqu’un solde négatif d’une durée importante sera soumis à un taux d’intérêt plus élevé.

La durée maximale du découvert est spécifiée dans la convention et le débiteur doit impérativement réapprovisionner son compte avant celle-ci  pour ne pas risquer de se faire retirer son autorisation de découvert. Si le client crédite son compte avant le délai autorisé, alors la banque n’engagera aucune sanction et l’autorisation de découvert sera conservée. En général et selon les barèmes de certains établissements, ce type de découvert n’engendre pas, ou très peu, de frais bancaires.

Qu’est-ce que le découvert bancaire non autorisé ?

On parle de découvert non autorisé lorsque le solde d’un compte est négatif alors qu’aucune convention n’autorise ce découvert, ou lorsque le solde du compte bancaire dépasse le montant consenti du découvert autorisé. Dans ce genre de situation la banque a le droit de refuser toutes les opérations débitrices du compte (carte de paiement, chèques et prélèvements).

Plusieurs rejets de ce type peuvent faire l’objet d’un fichage à la Banque de France avec le risque de ne plus pouvoir émettre de chèques durant un certain nombre d’années. Pour se prémunir de ces risques, le foyer ayant souscrit des crédits à l’habitat ou des prêts à la consommation peut faire regrouper ses dettes pour assainir ses finances.

Opter pour le rachat de crédit avec découvert bancaire

Les frais liés aux incidents de paiement et le fichage bancaire peuvent être évités en faisant appel à un organisme spécialisé dans le rachat de crédits. En regroupant la totalité des dettes contractées et pour lesquelles l’emprunteur doit rembourser une banque, les mensualités diminuent. Cette opération financière peut inclure des dettes de loyer et des découverts bancaires, tout en bénéficiant d’une somme supplémentaire pour financer un nouveau projet.