Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

Vous êtes ?

Gratuit & sans engagement

A l’âge de 50 ans, il peut être intéressant d’investir dans la pierre. Mais sans épargne de côté, comment faire un crédit immobilier sans apport ?

A 50 ans, c’est le moment d’acheter

Les taux bas des crédits immobiliers actuellement en vigueur intéressent tous les Français qui expriment le souhait d’investir dans l’immobilier. Cela est notamment le cas des cinquantenaires. A cet âge, il est toujours envisageable d’agrandir son patrimoine immobilier. Ils ne sont pas encore séniors et auront moins de difficulté à emprunter par rapport à des personnes de 60 ou plus. La cinquantaine est loin d’être l’âge charnière des 60 ans, mais cela n’empêche pas de préparer son avenir notamment une baisse de revenus avec un passage en retraite ou en pré-retraite.

L’idée d’acheter un bien immobilier à 50 ans peut survenir si jusqu’alors, le demandeur est resté locataire et souhaite enfin accéder à la propriété. Dans d’autres cas, il peut s’agir d’un souhait d’élargir son patrimoine. Par exemple, si un premier bien immobilier est déjà remboursé ou qu’il arrive bientôt à son terme. Cela signifie que sans mensualité, il est possible de retrouver du pouvoir d’achat. Avec la charge d’un crédit en moins et au regard des taux bas qui fleurissent depuis 2016, il peut être tentant de s’intéresser à l’acquisition d’une résidence secondaire ou d’un logement destiné à la location.

Toutefois, un emprunt immobilier nécessite de fournir un apport personnel. Cette somme apportée par les emprunteurs couvre notamment les frais de notaire et les frais de l’agence immobilière. Mais tous les profils d’emprunteurs ne disposent pas toujours des fonds suffisants. Malgré tout, ils espèrent faire un crédit immobilier sans apport à 50 ans.

Assurer son prêt immobilier à 50 ans, un casse-tête ?

Avec les taux bas en vigueur, les bons profils disposant de hauts revenus ou d’un patrimoine diversifié peuvent se voir proposer des financements à 110 %, c’est-à-dire sans apport. Dans ce cas, le capital emprunté est supérieur au prix d’achat du bien. Pour savoir comment financer cette opération, faire appel à un courtier ou un intermédiaire bancaire n’est pas vain puisque ces professionnels peuvent rechercher les meilleures solutions disponibles sur le marché.

Les emprunteurs de 50 ans ont des atouts pour monter un solide dossier. En effet, même en empruntant sur 25 ans, cela les conduirait à rembourser leur prêt à l’âge de 75 ans, une limite que les banques préfèrent respecter. Attendre d’avoir 62 ans et la retraite n’est donc pas la solution la plus intéressante.

Par contre, il faudra s’attendre à rencontrer plus de difficultés pour trouver une assurance emprunteur. A moins de ne jamais avoir connu de soucis de santé et d’être en pleine forme, un contrat d’assurance de prêt pourra être contracté. Attention, les assurances peuvent exiger des examens médicaux et facturent des surprimes. Emprunter à 50 ans est envisageable mais il faut donc s’attendre à payer une assurance de prêt plus chère.