Lors d’un besoin de financement important, un emprunteur peut avoir recours à l’hypothèque d’un bien afin de garantir le remboursement du nouveau crédit. Cependant, ce type de financement nécessite une réflexion approfondie ainsi que des capacités de remboursement adéquates afin de ne pas perdre son hypothèque. De ce fait, comment emprunter en hypothéquant sa maison ?

Emprunter avec hypothèque : ce qu’il faut savoir

Lors d’un besoin de financement important, un emprunteur peut avoir recours à l’hypothèque de sa maison afin de garantir le remboursement d’un nouvel emprunt.

Plus précisément, une banque prêtant de l’argent souhaite s’assurer du bon remboursement de celui-ci. Pour cela, des garanties peuvent être apportés par l’emprunteur comme une source de revenus fixe, un apport ou encore une assurance emprunteur. Toutefois, l’emprunteur peut également procéder à l’hypothèque d’un bien, en l’occurrence, sa maison, afin de garantir le remboursement du prêt en cas de difficultés.

Cette hypothèque pourra être saisie et vendu par la banque si les mensualités ne sont pas honorées afin de rembourser la somme prêtée.

Combien emprunter avec une hypothèque

Emprunter avec une hypothèque nécessite une situation financière propice au remboursement du crédit.

Par conséquent, le taux d’endettement de l’emprunteur doit être inférieur à 33% si ce dernier souhaite rembourser son emprunt sans rencontrer de difficultés.

Egalement, l’hypothèque impose une limite de montant. En effet, la majorité des banques acceptent un prêt hypothécaire à hauteur de 80 % de la valeur vénale du bien minorée du capital restant dû. Plus précisément, le montant du crédit hypothécaire est calculé sur le montant total du bien moins le capital déjà investi dans le projet.

Exemple : Valérie possède une maison estimée à 175 000 € sur laquelle il lui reste 50 000 € à payer. Elle peut procéder au calcul suivant (175 000 € - 50 000 €) x 80% = 100 000 €. Valérie peut par conséquent réaliser un prêt hypothécaire de 100 000 €.

Néanmoins, il reste important d’identifier les frais pouvant être occasionnés lors d’un prêt hypothécaire (frais de dossier, frais de garantie, assurance, etc.).