Demande rachat de crédit
0 800 108 118

On parle souvent de courtier en prêt immobilier sans forcément identifier la structure qui se cache derrière, voici un point complet sur cet intermédiaire de banque.

Le courtier, missions et rôles

Un courtier est un intermédiaire en opérations bancaires expertisé dans un produit particulier, comme par exemple le prêt immobilier. Son rôle est de proposer à un particulier une à plusieurs offres de financement, il va alors prendre en charge la mission de recherche de financements en s’appuyant sur la situation de son client. Il est mandaté par le client, à l’inverse d’un mandataire qui lui est mandaté par l’établissement de crédit.

Le courtier doit maitriser le marché du prêt immobilier afin de savoir rapidement où se diriger lorsqu’un client lui demande un emprunt immobilier. Chaque situation est particulière et nécessite une étude approfondie, c’est cet aspect du courtier qui est particulièrement apprécié chez les particuliers, la notion de proximité et du « sur mesure ».

Courtier en immobilier : l’inscription à l’ORIAS

En qualité d’intermédiaire bancaire, le courtier doit être inscrit à l’ORIAS en tant que COBSP, c’est-à-dire courtier en opérations de banque et en services de paiement. Cet enregistrement est nécessaire pour pouvoir proposer des services financiers, tout comme l’expérience minimale dans le domaine de la finance de 2 années consécutives ou alors une formation de 6 mois minimum.

Ces mesures ont été appliquées à la suite de la loi sur le crédit à la consommation, l’objectif étant de professionnaliser la profession en préservant uniquement les professionnels, c’est-à-dire les courtiers respectant scrupuleusement la législation.

L’approche du courtier pour obtenir un meilleur taux

Le courtier travaille sous mandat, c’est-à-dire qu’il n’est rémunéré que si le dossier aboutit. Il a donc plutôt intérêt à présenter à son client une offre intéressante, lui permettant de réaliser son projet dans les meilleures conditions. Pour cela, le courtier dispose de bonnes adresses et connaît les critères des banques, ainsi il sait comment présenter un dossier sous son meilleur jour.

Certains courtiers immobiliers disposent de partenariats solides leurs permettant de bénéficier de meilleures offres, c’est bien souvent le cas avec l’intermédiaire qui a pignon sur rue. La concurrence est au cœur de sa démarche, il se base avant tout sur le profil emprunteur. Cette notion est fondamentale car le courtier immobilier ne va pas aborder de la même façon une recherche d’offre pour un couple qui souhaite acheter sa première maison que pour un investisseur locatif. En règle générale, chaque demande est unique et nécessite un suivi personnalisé.

L’approche comparative d’un crédit immobilier

Il est fréquent que des emprunteurs fassent appel à plusieurs organismes financiers dans leurs démarches dont notamment un courtier. Cela permet de mettre en concurrence les différentes structures et de pouvoir comparer les offres. Cela dit, peu de ménages savent exactement comment comparer les offres de prêt immobilier. Il faut principalement évaluer le coût total du crédit (ou montant total restant dû) qui permet de définir le montant total qu’un emprunteur devra rembourser selon l’échéancier. L’autre point réside dans le montant de la mensualité car idéalement, le courtier doit proposer une échéance permettant de rester sous un taux d’endettement de 33%. Le TAEG est également une notion importante, mais à coupler avec le coût total du crédit.

Enfin, le TAEA est un point très important et trop souvent négligé. Il s’agit du taux annuel effectif de l’assurance, il permet d’évaluer le coût d’une assurance, il faut également intégrer cette partie à la comparaison car les offres coûts peuvent varier du simple au double. Le courtier immobilier a un devoir de conseil envers ses clients, il se doit de les accompagner, d’assurer un suivi régulier et surtout de conseiller ses clients sur la gestion de leurs finances.