Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

Vous êtes ?

Gratuit & sans engagement

Destiné à financer une partie de la transaction lors d’un achat immobilier avec un crédit sans intérêt, le PTZ pourrait ne pas être prolongé après 2021.

Fin d’éligibilité du PTZ pour les zones B2 et C en 2020

Les taux bas ont profondément remodelé la vision qu’ont les Français du marché de l’habitat. Les prêts immobiliers sont devenus beaucoup plus accessibles, notamment parce que les banques bradent leurs conditions pour capter de nouveaux clients, et le coût à la charge des emprunteurs s’est également très fortement réduit. Dans ce contexte, le gouvernement a exigé un rapport à l’Inspection générale du ministère de l’Économie et des finances ainsi qu’auprès du ministère de la Transition écologique afin d’évaluer l’utilité que peut encore avoir aujourd’hui le Prêt à taux zéro (PTZ), alors que certains investisseurs bénéficient d’un financement avec un taux proche de 1%.

Effectivement, le PTZ ne progresse plus avec les conditions d’emprunt actuelles puisque les banques ont financé 87 000 dossiers en 2018 contre plus de 120 000 un an plus tôt. Pour ne rien arranger, la nouvelle formule du PTZ en 2020 rendra inéligibles les foyers qui comptent acheter un bien dans les zones B2 et C, qualifiées de secteur détendu.

A l’inverse, les lieux où le marché de l’habitat est dit « tendu » sont ceux où l’offre ne parvient à pas satisfaire le flux de demandes. Ce contexte entraîne généralement pour les ménages des difficultés à trouver un logement à prix correct puisque le choc de la confrontation entre l’offre et la demande a tendance à accroître le prix du mètre carré. Le PTZ est ainsi un levier pour baisser le poids de l’emprunt et pour aider les ménages modestes à accéder à la propriété dans ces secteurs où les coûts décollent.

L’efficacité du PTZ remise en question pour les ménages modestes

Malgré ce constat, le rapport transmis au gouvernement conseille de supprimer le dispositif pour la totalité des projets immobiliers des ménages, et ceci quel que soit l’état du marché de la pierre local, après 2021. Il est d’ailleurs précisé que le PTZ ne démontre pas son efficacité à aider les Français les plus modestes alors qu’il s’agit d’une de ses principales missions. Concrètement, le PTZ permet de faire pencher la balance vers la concrétisation d’un achat immobilier pour 25% des demandes en zone tendue et seulement 5% en campagne. Cet emprunt à taux zéro est ainsi assimilé à une « aubaine » plutôt qu’un véritable coup de pouce, toujours d’après le rapport.

En outre, alors que le ministère du Logement maintien sa position à vouloir lancer une vaste politique de la rénovation sur le marché ancien, le PTZ est pendant ce temps très prisé pour la construction de logements neufs. Les promoteurs et parties prenantes de ce marché ont d’ores et déjà fait part de leurs inquiétudes quant à l’éventualité d’une non-prolongation du PTZ après sa fin prévue en 2021. Avec le projet de Loi de finances 2020 en cours d’examen, des éléments de réponse seront peut-être donnés sur le sort prochain de ce crédit à taux zéro très populaire auprès des Français.