Avec les taux qui restent toujours avantageux pour les futurs propriétaires, les banques se lancent à la conquête des primo-accédants qui souhaitent financer leur résidence principale par le biais d’un crédit immobilier.

Le prêt sans apport : le nouveau produit d’appel des banques

Pour l’ensemble des établissements bancaires en France, l’année 2016 a été l’année du crédit à l’habitat. La production des financements immobiliers a bondi et les foyers ont pu financer leur nouvelle acquisition avec des conditions très intéressantes et des taux d’intérêt historiquement bas.

L’année 2017 a débuté lorsque les barèmes bancaires se relevaient légèrement et après avoir maintenu leurs taux au plus bas, les banques cherchent désormais à attirer encore plus de clients. En général, seulement certains profils emprunteurs peuvent bénéficier des modalités d’accès plus souples, notamment les jeunes couples en CDI, les foyers aux revenus constants élevés et les ménages pouvant apporter de bonnes garanties.

Par ailleurs, après la hausse des taux, les banques assouplissent leurs conditions afin de séduire les primo-accédants en proposant un nouveau crédit immobilier qui ne nécessite pas de fournir un apport personnel.

Cette stratégie permet aux banques d’élargir leur clientèle et de fidéliser des clients qui pourraient, dans un futur proche, souscrire un nouveau financement pour acheter une voiture, ou financer un mariage par exemple.

Les conditions pour bénéficier d’un crédit immobilier sans apport

Ce prêt immobilier sans apport (aussi appelé prêt à 110%) a été conçu exclusivement pour les particuliers qui souhaitent acquérir leur premier bien immobilier dans le but d’y habiter. La condition sine qua non pour bénéficier de ce financement à l’habitat est de ne pas avoir épargné assez et donc être dans l’incapacité de fournir un apport à l’organisme bancaire.

Concernant les autres modalités d’acceptation, elles sont assez similaires à un crédit immobilier classique. Les conseillers examinent le comportement bancaire et les revenus mensuels du foyer et la situation professionnelle de l’emprunteur.

Il est d’ailleurs possible, pour certains emprunteurs de faire la demande d’un regroupement de crédit sans apport personnel puisque ce n’est pas une condition indispensable pour réduire ses mensualités. Cette opération consiste à regrouper plusieurs crédits en un seul afin de n’avoir qu’un seul prélèvement par mois d’un montant réduit.