La souscription d’un crédit immobilier s’accompagne obligatoirement de celle d’une assurance emprunteur. Cependant, certaines personnes et notamment celles pratiquant un sport à risques, peuvent avoir des difficultés à souscrire une telle couverture. Explications.

Sports à risques : les conséquences sur l’assurance emprunteur

La pratique d’un sport extrême peut lourdement impacter le coût de l’assurance de prêt immobilier. Pour mesurer le risque, les compagnies d’assurance se basent sur le nombre d’accidents survenus chaque année ainsi que leur gravité.

Ainsi, les amateurs de sports extrêmes peuvent être confrontés à deux situations : l’assureur peut décider d’exclure simplement la pratique du sport à risques des garanties, l’assureur peut accepter de prendre en charge la pratique du sport à risques en contrepartie d’une surprime ou majoration de tarifs.

L’emprunteur doit impérativement remplir un questionnaire de santé avant la souscription. Ce document permet à l’assureur d’évaluer son degré de risques. Il est conseillé de répondre aux questions posées de manière sincère.

En effet, si la compagnie d’assurance découvre que les éléments indiqués ne sont pas conformes à la réalité, elle peut décider de ne plus couvrir le souscripteur voire même résilier le contrat. Sans assurance de prêt immobilier, la banque pourra exiger le remboursement de toutes les sommes dues.

Comment trouver un assureur qui accepte de couvrir la pratique de sports à risques ?

Il faut savoir que chaque assureur fixe ses propres conditions d’adhésion. Ainsi, ce n’est pas parce que l’un d’entre eux refuse une demande qu’il en sera de même pour les autres. Pour trouver une offre adaptée, il est vivement recommandé de comparer les offres à l’aide d’un outil en ligne.

Cela permet d’avoir une vision d’ensemble des différents contrats proposés sur le marché. Si malgré les recherches effectuées, aucun assureur n’accepte de prendre en charge l’emprunteur, ce dernier a toujours la possibilité de souscrire une assurance spécifique séparément.

Enfin, si l’emprunteur a commencé à pratiquer l’activité sportive à risques après avoir souscrit un crédit immobilier, il pourra racheter une exclusion de garantie ou si l’assureur refuse, changer de contrat. Le changement d’assurance est possible dans les 12 mois suivant la souscription conformément à la loi Hamon, ou à chaque date anniversaire en faisant valoir le droit à la résiliation annuelle introduit par l’amendement Bourquin.