Le 1er juillet 2016, les opérateurs d’importance vitale devront intensifier leur protection en termes de sécurité informatique.

Banques : cybercriminalité

Suite aux différentes affaires de cybercriminalité perpétrées dans le monde, les banques françaises ainsi que les autres opérateurs d’importance vitale (OIV) comme les entreprises de services financiers devront se renforcer en matière de sécurité informatique, le 1er juillet 2016.

Les pirates informatiques sont de plus en plus ingénieux, ce qui pousse les banques à être très vigilantes face aux menaces. La banque centrale du Bangladesh a fait les frais de hackers qui sont parvenus à s’emparer de plus de 80 millions de dollars.

Inquiétant, sachant que les banques détiennent énormément d’informations sur leurs clients et également leur fortune.

Cybercriminalité : moyens mis en œuvre

Les banques se transforment et sont en relation directe avec leurs clients grâce aux outils informatiques, très loin de ces dernières années où les clients se déplaçaient directement dans leur agence pour s’entretenir avec un conseiller.

Avec ces avancés, les banques devront investir plus d’argent dans la sécurité des données. La majorité des nouveaux entrants se fait désormais de manière digitale avec la démocratisation d’internet qui chamboule le monde bancaire et la finance.

Pour se protéger, certaines banques mettent en place le « machine learning » pour détecter les fraudes, le « Secure Access » qui met en relation l’identifiant bancaire du client avec son smartphone, le paiement sera validé à distance par le téléphone. Sachant que la majorité des fraudes à la carte bancaire concernent les paiements à distance, le hacker devra alors disposer de l’identifiant du client et de son téléphone pour usurper son identité, ce qui n’est pas tâche aisée.