Lors d’une recherche de financement, un ménage peut obtenir un prêt si sa situation financière lui permet de rembourser la somme empruntée. Toutefois, une personne malade peut avoir du mal à obtenir son prêt du fait qu’un remboursement sur le long terme peut être risqué pour la banque. Par conséquent, un emprunteur malade peut-il obtenir un financement ?

Crédit et maladie : une assurance pour couvrir les risques

Une demande de financement nécessite que la banque étudie la situation financière du ménage mais aussi les garanties que ce dernier peut proposer afin d’assurer le bon remboursement du crédit.

De ce fait, en fonction du montant du prêt et de la durée de remboursement, des garanties plus importantes peuvent être demandées, notamment concernant les revenus sur le long terme ainsi que l’assurance emprunteur.

Pour ce qui est de l’assurance, l’emprunteur doit remplir un formulaire concernant sa santé physique et préciser si ce dernier est souffrant d’une maladie. En cas de réponse positive, l’emprunteur sera inviter à remplir un second formulaire portant sur son problème de santé et peut éventuellement être invité à passer un ou plusieurs tests médicaux.

Suivant les résultats de ces tests, l’assurance prendra la décision d’assurer ou non les risques que présente l’emprunteur malade.

Emprunter avec un risque aggravé de santé

Emprunter quand on a eu un cancer ou quand on est diabétique pouvait-être difficile pour de nombreux emprunteurs avant l’application de la convention AERAS.

Pour rappel, la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) signée le 6 juillet 2016 par les professionnels de la banque et de l’assurance avec les pouvoirs publics permet d’améliorer l’accès au crédit pour les personnes malades.

De ce fait, la convention AREAS permet aux assureurs de couvrir certains risques importants étant liés à la maladie et ouvre l’accès aux crédits pour les personnes souffrantes ou présentant des risques plus important de maladie grave.

Toutefois, la convention AREAS limite le montant maximum d’un prêt immobilier pour les personnes malades à 320 000 €. Egalement, le financement doit être affecté à un projet précis et validé par la banque.