Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

 

 

Gratuit & sans engagement

D’après une étude réalisée par CSA Research, les Français manquent en moyenne de 484 € par mois pour vivre confortablement, soit une augmentation de 20 € par rapport à la précédente étude réalisée en 2016.

Un pouvoir d’achat qui stagne

Un Français sur deux, c’est le nombre de Français considérant que leur pouvoir d’achat est resté stable durant les douze derniers mois. Ce résultat peut s’expliquer par le fait que la population a de plus en plus recours à des solutions alternatives de consommation, notamment sur le marché de l’occasion et des économies collaboratives permettant aux Français de consommer à des prix moins élevés que sur des marchés classiques.

Par ailleurs, ces modes de consommation permettent aux Français d’économiser en moyenne 257 € par personne. Ainsi, les français sont 47% à penser que ces modes de consommation peuvent apporter une augmentation de leur pouvoir d’achat.

Une confiance faible dans l’amélioration du pouvoir d’achat

Avec 51% des Français considérant que leur pouvoir d’achat va augmenter durant les douze prochains mois, la confiance envers la capacité de consommation se retrouve éreintée. En effet, si 30% des jeunes de 18-24 ans sont confiants concernant son augmentation, 76% des séniors de plus de 65 ans pensent que leur pouvoir d’achat subira une diminution. Ceci peut s’expliquer par le fait que les nouvelles réformes, notamment celle du président Macron sur la CSG diminuera les revenus nets des retraités.

En combinant l’ensemble des données, l’étude chiffre le besoin mensuel des Français à 484 € pour vivre confortablement. Toutefois, ce manque d’argent n’endigue pas les Français à envisager leurs projets avec 64% des votants souhaitant investir un montant important durant les douze prochains mois afin de concrétiser leurs projets.

Concernant le financement de leurs projets, 62% des Français comptent sur leurs épargnes et 30% comptent souscrire un crédit, soit 7 points de plus que l’année précédente.