Un propriétaire qui souhaite entamer des travaux dans son appartement en a parfaitement le droit. Cependant, il devra être vigilant en se rapportant aux règles de copropriété en vigueur. Une réglementation qui liste l’ensemble des aménagements autorisés.

Ne pas porter atteinte à la structure et à l’allure du bâtiment

Un projet de réaménagement d’un appartement est tout à fait envisageable. Repeindre les murs des différentes pièces, casser des cloisons pour réaménager la disposition ou la grandeur du salon ou d’une chambre par exemple sont autant d’ouvrages autorisés. Et un propriétaire peut décider de se lancer dans ce type de projets même si cela n’est pas du goût des copropriétaires. Ils n’ont aucune autorité sur ce point, même en faisant appel à l’assemblée générale.

Cependant, les travaux ne doivent en aucun cas remettre en question la solidité de l’édifice. Si un mur doit être cassé, il faut donc vérifier au préalable s’il ne s’agit pas d’un mur porteur. De plus, un propriétaire ne peut décider de remplacer les fenêtres au risque de changer l’esthétisme de l’appartement vu de l’extérieur. Une proscription qui s’applique également au balcon, sauf accord exceptionnel obtenu en se rapprochant des syndicats.

Comment financer ses travaux dans une copropriété ?

Les travaux au sein d’un appartement peuvent demander un investissement financier parfois extrêmement coûteux. Les propriétaires à la marge de manœuvre restreinte au niveau de leur budget peuvent éprouver des difficultés à réaliser leur projet. De ce fait, s’orienter vers une solution de financement auprès d’un organisme de crédit peut s’avérer un bon choix. Un ménage dispose de deux voies pour ce faire. Soit il choisit de financer ses travaux par le biais d’un établissement de crédit traditionnel, soit via un spécialiste d’intermédiation en opérations de banque.

La première option peut très vite être freinée si le niveau d’endettement du propriétaire qui souhaite effectuer des travaux est élevé. Les banques ont bien souvent du mal à accorder un prêt si le taux d’endettement dépasse les 33%. Or, un intermédiaire en opérations de banque peut proposer de regrouper ses prêts existants tout en accordant un nouveau financement pour les travaux. Pour y parvenir, les mensualités seront unifiées en un seul crédit et elles seront réduites pour diminuer le poids du prélèvement mensuel. Le taux d’endettement aura par conséquent diminué et le ménage sera en mesure de financer ses travaux via un rachat de crédit.