La nouvelle prime à la conversion s’est officialisée le 1er janvier. Elle octroie des montants plus conséquents pour encourager les ménages à acheter de nouveaux véhicules plus récents.

Un dispositif pour soutenir l’achat de nouveaux véhicules

Lorsqu’un ménage prend la décision de changer d’automobile, il peut bénéficier d’une prime à la conversion. Le montant alloué dépend de plusieurs critères, mais l’essentiel est déjà de substituer le précédent véhicule par un nouveau moins polluant ou reconnu comme étant « propre ». Une fois ce principe respecté dans le projet de remplacement, alors des conditions de ressources vont entrer en jeu pour définir la prime versée par l’État.

Et depuis le 1er janvier 2019, le dispositif a été considérablement remodelé et les nouvelles mesures prévoient des primes boostées. Cette formule est notamment une proposition en réaction aux mouvements populaires sur le territoire français. Elle enrichit les aides financières pour inciter les ménages à se procurer un véhicule moins polluant et moins énergivore en carburant.

Pour l’exécutif, les finalités sont multiples puisque d’une part l’objectif est de contribuer à garnir le pouvoir d’achat des ménages, mais également de fournir une vitalité au marché de l’automobile. L’année précédente, 300 000 ménages ont profité de la prime à la conversion. Pour financer l’instauration de la « super » prime à la conversion, le gouvernement avance l’apport de 600 millions d’euros.

Une prime calculée en fonction des revenus et du type d’achat

Maintenant, pour pouvoir jouir de ce coup de pouce, les particuliers doivent respecter différents critères financiers. Ceux aux revenus modestes roulant plus de 60 km par jour peuvent par exemple prétendre à une aide de 4 000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant. Et l’aide peut grimper à 5 000 euros si le choix s’oriente vers un moteur électrique.

Les personnes non imposables peuvent quant à elles recevoir 2 000 euros pour un véhicule à essence ou à diesel moins polluant et jusqu’à 2 500 euros pour de l’électrique. Les ménages imposables sont en revanche également éligibles au dispositif, mais les sommes attribuées sont fortement réduites. L’aide va de 100 euros à 2 500 euros pour l’acquisition d’un véhicule électrique neuf. L’État met à disposition un formulaire dématérialisé pour effectuer une demande en ligne. Une page recense aussi l’ensemble des modalités de la prime à la conversion version 2019.