C’est la grande question qui habite les esprits. Faut-il s’orienter vers un bail locatif et devenir locataire de son logement ou tendre vers l’acquisition d’un bien immobilier ? Tour d’horizon sur les bénéfices et les désagréments réciproques de ces deux options.

Évaluer ses besoins et ses ressources avant d’acheter

La décision de devenir propriétaire ou locataire est un choix à arbitrer après une longue réflexion. Un grand nombre de paramètres est en jeu pour se décider de la voie à emprunter. S’il existe bien évidemment des ménages avec des ressources conséquentes, tous ne sont pas logés à la même enseigne sur ce point.

De ce fait, la solution privilégiée pourra avoir des effets sur le long terme, surtout si le choix se porte sur l’achat d’un bien immobilier pour devenir propriétaire. Une analyse du marché est au préalable nécessaire car la localisation est un facteur décisif. Les prix fluctuent beaucoup selon le lieu, que ce soit en métropole ou en pleine campagne.

La location est moins contraignante en matière de dépenses

Tout d’abord, la location a le bénéfice de n’avoir que peu de charges exceptionnelles. Les imprévus sont bien souvent couverts par les propriétaires des lieux si la responsabilité n’est pas mise en cause. En effet, en cas de panne de la chaudière par exemple, c’est au propriétaire de couvrir les dépenses pour une intervention technique. À contrario, posséder son logement signifie prendre la responsabilité des charges imprévisibles. L’apparition d’humidité, un problème au niveau des sanitaires ou du toit sont des exemples qui obligent à entamer des travaux payés de sa propre poche.

Les propriétaires sont aussi exposés à un possible matraquage fiscal avec la suppression progressive de la taxe d’habitation. Alors que la taxe foncière est un impôt relativement onéreux, les localités pourraient décider à l’avenir de répercuter le manque à gagner de la taxe d’habitation. La compensation pourrait passer par une augmentation de la taxe foncière. Un impôt dont les locataires sont exonérés de payer.

Diverses solutions pour déménager

Ensuite, le locataire a toute la liberté de déposer son préavis et de quitter son logement quand bon lui semble. Cette indépendance confère une mobilité pratique si le locataire souhaite déménager de son bien actuel. Un propriétaire est quant à lui engagé dans un projet sur le long terme dont il est plus difficile de se défaire, mais il existe des solutions. Il peut se faire racheter son crédit immobilier tout en finançant une nouvelle acquisition. Il est aussi possible de réclamer à la banque une suspension des échéances du crédit le temps de vendre le logement, ou bien contracter un prêt relais. Ce crédit va permettre de financer l’acquisition d’un nouveau bien en attendant de vendre le précédent.

Acheter pour profiter du contexte économique

Maintenant, l’achat d’un bien peut être un vecteur d’opportunités. Notamment en profitant des taux d’intérêt bas proposés par les établissements de crédit. Le marché bancaire étant dans une dimension de haute concurrence, les offres sont pour le moins alléchantes si le profil de l’emprunteur l’est tout autant. En cas de conditions de financement avantageuses, un propriétaire peut acquérir un bien avec un crédit dont le coût est raisonnable. Pour cette raison, il peut être dommageable de ne pas profiter de cette période où le taux de crédit moyen est de 1,53% (source) en lors des deux derniers mois.

Depuis quelques mois, la France connaît un regain d’inflation chiffré à 2,3% sur un an au mois d’août. Les conséquences se font forcément ressentir sur le pouvoir d’achat des ménages. Avec ce climat inflationniste, la volonté de se diriger vers de l’épargne de précaution est réelle. Mais avec une telle montée du coût de la vie, la rémunération tirée par les divers produits d’épargne ne suffit pas. Les livrets classiques offrent même une rémunération négative, puisque les taux sont trop bas (livret A à 0,75%, PEL à 1%, LEP à 1,75% etc…). Or, l’investissement dans un bien immobilier avec les taux bas peut se révéler bien plus lucratif que les placements bancaires. Si le bien est destiné à acquérir des revenus locatifs, alors la solution peut s’avérer intéressante.

Acheter pour se constituer un patrimoine à valoriser

Acquérir un bien immobilier répond à un besoin de se constituer un patrimoine, rentabilisé sur le long terme. Celui-ci peut alors être destiné à tirer des revenus locatifs, si l’on souhaite diversifier ses revenus ou alors tout simplement être revendu pour en obtenir une plus-value. De surcroît, certains propriétaires peuvent être sensibles aux biens qu’ils vont léguer à leur progéniture. L’achat d’un habitat est par conséquent une solution envisageable pour valoriser l’héritage à céder aux enfants.

La décision de devenir propriétaire ou non est donc un choix à promulguer en fonction de ses attentes personnelles. Il n’y a pas de vérité absolue adaptée pour tous. Il faut adopter une phase de réflexion poussée et établir le pour et le contre selon sa situation. Car évaluer les répercussions de sa décision permettra d’avoir une meilleure lisibilité pour la réussite de son projet d’investissement.