Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

Vous êtes ?

Gratuit & sans engagement

Les Français ont épargné des milliards d’euros durant le confinement. S’ils sont incités à consommer, ils continuent de placer leurs liquidités.

Des milliards d’euros épargnés sur le livret A

Alors que la rentrée 2020 vient d’avoir lieu dans un contexte sanitaire inédit, l’avenir économique reste incertain. Pourtant toutes les institutions et organisations internationales se plient en quatre pour éviter une crise majeure. Face à cette incertitude, les Français font le choix de la vigilance. La preuve en est avec la collecte du Livret A qui a atteint des niveaux quasiment inédits. Pour leur sécurité financière, les épargnants français ont choisi de placer 15,12 milliards d’euros sur leur livret préféré au printemps dernier.

Ces milliards mis de côté représentent une part de « l’épargne » mais c’est sans compter sur les liquidités dormantes sur les comptes courants. Avant l’été, ce sont près de 40 milliards d’euros qui sont restés sur les comptes chèques des Français. Même l’arrivée de l’été n’a pas endigué le phénomène de réserve de liquidités, car en juillet, c’est 1,8 milliard d’euros supplémentaires ajouté sur les livrets A. Si cela rassure les Français, les experts s’accordent pour dire que cela n’est pas bon pour l’économie tricolore. Le ministre des Finances enjoint même les Français à dépenser pour relancer la consommation.

Pour une partie des épargnants, ces bas de laine peuvent être une opportunité pour financer l’achat d’un bien immobilier. En effet bien que les prix des biens se contiennent et que les crédits immobiliers affichent des taux toujours bas, l’accès au prêt est loin d’être une formalité.

L’apport personnel recommandé pour obtenir un prêt immobilier

En effet, bien avant la crise de la covid-19, les établissements bancaires ont été invités à réguler l’octroi des crédits immobiliers par Bercy. En 2019, le Haut conseil de stabilité financière demandait aux banques de strictement respecter la limite de 33 % de taux d’endettement. Traduction : un emprunteur ne peut pas consacrer plus d’un tiers de ses revenus au remboursement de son ou ses prêts immobiliers.

Les établissements bancaires respectent ces recommandations, ce qui a pour effet de voir augmenter le nombre de refus d’emprunt à l’habitat. Plus que jamais, les demandeurs doivent donc montrer patte blanche pour espérer décrocher un financement immobilier. C’est ici qu’entre en ligne de compte l’apport personnel. Il s’agit d’une somme que les emprunteurs vont verser pour couvrir les frais liés l’achat d’une résidence (frais de notaire, honoraires d’agence, caution). Pour un conseiller bancaire, l’apport personnel est un bon signe car cela indique que les clients ont été en mesure d’épargner sérieusement. Ce bon point peut faire la différence entre deux dossiers. De plus, il permet d’emprunter à un meilleur taux.

Car les taux bas sont toujours d’actualité pour les emprunteurs présentant un profil sérieux. Durant l’été, la moyenne des taux d’intérêt s’est même offert le luxe de reculer, a minima, en passant de 1,25 % à 1,24 % de de taux moyen entre juillet et août, cela pour toutes les durées d’emprunt confondues. Dans le détail, les crédits sur 15 ans ont un taux moyen de 1,05 % hors assurance, tandis que les financements sur 20 et 25 ans affichent respectivement 1,20 % et 1,47 % de moyenne. Ces taux très attractifs devraient se maintenir afin de stimuler le marché. Cela est donc de bon augure pour les Français en capacité d’investir.