Selon les dernières estimations formulées par la Banque de France, le produit intérieur brut de la France devrait connaître une croissance de 0,5% au troisième trimestre, plus élevée qu’attendue. Au cumul, la croissance de 2018 pourrait être de 1,6%. Une progression au ralenti en comparaison des 2,2% de l’année dernière.

Un troisième trimestre enthousiasmant suite à la morosité du second

Il y a quelque temps de cela, la Banque de France tablait sur une croissance prévisionnelle de 0,4% pour le compte du troisième trimestre de 2018. Depuis, l’organisme a corrigé ses chiffres et estime que le produit intérieur brut (PIB) du pays devrait augmenter de 0,5%, soit une revalorisation de 0,1% par rapport à la première évaluation.

C’est une excellente nouvelle pour l’économie Française qui démontre un regain au sein de ses activités. Le constat est d’autant plus satisfaisant qu’il survient après une période relativement terne. En effet, le PIB a progressé de 0,2% seulement au trimestre précédent. Une croissance quasi nulle qui témoignait d’un manque de dynamisme dans différents secteurs.

Ce mouvement encourageant provient d’une énergie retrouvée dans plusieurs activités. C’est notamment le cas dans les services et le bâtiment, où l’emploi jouit d’une certaine vitalité avec une augmentation assez générale des effectifs. Si l’industrie se porte bien, c’est au détriment de l’automobile et la métallurgie qui sont plus à la peine. Malgré tout, l’activité s’améliore tout de même dans une propension plus relative.

Une croissance à la traîne par rapport à l’année précédente

Les nouvelles prévisions fournies par la Banque Centrale Française sont identiques à celles mis en avant par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Un alignement qui conforte la probabilité des prévisions. Cependant, l’INSEE estime plus que plausible que les prochains mois, qui vont clôturer l’année, bénéficient d’une évolution plus modérée. La croissance devrait donc repartir à la baisse au quatrième trimestre avec une progression du PIB plus mesurée, fixée à 0,4%.

Maintenant, avec le cumul des trimestres comptant pour l’année 2018, la croissance devrait atteindre 1,6%. Bien que de peu, c’est en deçà de l’objectif de 1,7% attendu par le gouvernement. Après une année précédente exceptionnelle pour la croissance Française, qui parvenait à franchir le palier des 2% avec 2,2% d’augmentation du PIB, 2018 n’atteindra pas des sommets.