Avec le développement des fintechs ces dernières années, le monde de la finance bénéficie de nouveaux services innovants. Une introduction qui touche une multitude de caractéristiques et qui octroie aux entreprises ainsi qu’aux utilisateurs des possibilités nouvelles. Avec le perfectionnement des intelligences artificielles, certains professionnels commencent à les utiliser pour automatiser l’étude des dossiers de demande de crédit à la consommation. Une révolution qui décroche déjà des premiers résultats concluants.

Les innovations financières battent leur plein

Dans l’ère du numérique, la technologie prend de plus en plus de place dans l’organisation du monde professionnel. Et la finance est un domaine qui a exploité de manière considérable ces outils pour accroître la performance de ses activités. En effet, une nouvelle industrie qui fusionne les métiers de la finance et la technologie s’est créée. Ces entreprises assez spécifiques, nommées bien souvent « fintechs », sont courtisées par les grands groupes, notamment bancaires, pour les services qu’ils proposent.

Par le biais d’acquisitions, des établissements bancaires sont en mesure de se procurer les outils développés par ces entreprises innovantes. L’objectif de ces rachats est d’intégrer les technologies pour améliorer les performances financières. Et depuis peu, des professionnels du crédit ont initialisé des programmes d’intelligence artificielle (IA) pour traiter les demandes de crédit à la consommation.

Une automatisation du traitement des demandes de crédit

Actuellement en phase d’expérimentation, cette nouvelle méthode d’analyse fonctionne grâce à de puissants algorithmes. Ces dernières mesurent le profil d’un emprunteur mais aussi sa solvabilité sur le long terme. Une fois qu’un profil est étudié, un code couleur va alors traduire du niveau de risque en cas d’acceptation du prêt à la consommation. Malgré tout, cette méthode n’est pas automatisée jusqu’à sa finalisation puisque la décision finale d’accorder le financement dépendra toujours d’une volonté humaine. C’est par ailleurs une règle obligatoire que doivent respecter les établissements au sein de l’Union Européenne.

Maintenant, l’IA procure plusieurs avantages réciproquement pour les clients et les professionnels. Dans un premier temps, l’IA accorde un délai de traitement considérablement réduit des demandes. Une rapidité qui provoque en retour une satisfaction des clients, mais aussi une amélioration des processus internes des organismes de crédit. Enfin, cette technologie a permis dans l’immédiat d’optimiser le taux de crédits entré en impayé d’environ 25%. Un outil au potentiel intéressant contre les prêts pouvant se transformer en créance douteuse. En retour, les professionnels gagnent en compétitivité et en rentabilité.