Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

Vous êtes ?

Gratuit & sans engagement

Responis vous tient informé de l'actualité du crédit, de l'évolution de taux et des lois en vigueur.

Après plusieurs années marquées par des replis, le crédit à la consommation est officiellement sorti de la spirale négative en 2014 avec une hausse de la production de 1,1 %.

Les taux à ne pas dépasser pour un crédit (immobilier, consommation) à partir du 1er juillet ont été publiés au Journal Officiel du 27 juin 2015. Ces nouveaux seuils de l’usure ne peuvent pas être dépassés par les établissements prêteurs.

La reprise de la demande de crédit immobilier commencée durant l’automne 2014 est en train de s’amplifier en ce début d’année selon l’observatoire crédit logement/CSA.

Selon un récent rapport de l’OCDE baptisé « rapport Finance et Croissance inclusive », l’expansion du crédit accordé aux ménages et aux entreprises est allée trop loin, endommageant la croissance.

Selon une récente étude publiée par la fédération bancaire française (FBF), la détention de crédit à la consommation a encore baissé en 2014, elle est à son taux le plus bas depuis 25 ans. Cependant, quelles sont les causes de ce déclin ?

A l’heure où la Politique au sens large du thème nous rabâche que nous, la France, nous souffrons d’une dette importante, la Finance semble vouloir nous dire que pour nous enrichir, il nous faut inévitablement nous endetter. Mais alors, comment s’enrichir à coup de crédits ? Est-ce une solution qui marche à tous les coups ? Pas si sûr…

Selon les dernières publications de l’observatoire des crédits aux ménages, seulement 46,5 % des foyers Français détenaient un crédit (consommation, immobilier, conventionné…) fin 2014, contre près de 53 % en 2008.

Remontée, stabilisation, nouvelle baisse, depuis mi-mai, les banques et les réseaux d’intermédiaires bancaires annoncent des messages contradictoires sur l’évolution des taux. Qu’en est-il vraiment ?

Alors que la tendance baissière des taux d’intérêt des crédits immobiliers semblait avoir touché un point bas historique, les statistiques de ce début d’année montrent qu’une baisse supplémentaire était encore possible.

Les candidats aux crédits immobiliers et les emprunteurs souhaitant alléger leurs encours via un regroupement de crédits immobiliers ne vont peut-être pas ressentir tout de suite la hausse des taux. Reste qu’une quinzaine de banques a déjà réajusté leur barème depuis le début du mois de juin.

Bonne nouvelle pour les emprunteurs et les futurs prétendants aux crédits, pratiquement tous les taux de l’usure pour le premier semestre de l’année ont fait l’objet d’une baisse effective.

Le mardi 04 juin 2015, le taux des obligations assimilables du trésor 10 ans de la France est remonté jusqu’à 1,29 % selon certains observatoires. Côté Allemand, la tendance est aussi orientée vers la hausse.

Le mois dernier, les taux ont encore baissé, le taux d’intérêt moyen était à 2,36 % (hors assurance) selon les dernières publications. Du jamais vu. Cependant, ce niveau historiquement bas des taux d’intérêts handicape fortement certaines banques.

Aujourd’hui, le taux d’intérêt pour un prêt épargne logement dépasse largement celui de l’usure pour un financement immobilier. Résultat, il est aujourd’hui impossible d’obtenir un prêt immobilier épargne logement pour certains types de plans épargne logement.

Selon l’association Française de sociétés financières (ASF), le mois dernier les prêteurs ont accordé 2 % moins de prêts à la consommation par rapport à la même période en 2013, mais la tendance annuelle reste légèrement positive.

Alors que les Français privilégient leur épargne pour faire face aux dépenses de fin d’année, les prêteurs enregistrent une hausse des souscriptions des nouveaux crédits à la consommation. Cependant, qu’est-ce qui favorise la hausse des souscriptions de crédit ?

Le nombre de fermetures de comptes est en hausse et celui d’ouvertures est en baisse. Voici la tendance qu’a connue le crédit renouvelable depuis la mise en place des mesures de la loi Lagarde en 2010.

Alors qu’il fallait deux mois entre la demande de crédit immobilier et la mise à disposition des fonds, à ce jour, le délai de traitement s’est allongé de plusieurs semaines à cause de la hausse des demandes de prêt à l’habitat.

Selon UFC-Que Choisir, la possibilité de changer de contrat d’assurance emprunteur dans le cadre d’un crédit ou d’un regroupement de crédit immobilier dans l’année qui suit la signature de l’offre de prêt est loin d’être la règle.

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont encore connu quelques replis en ce début de mois de mai, mais la tendance est orientée vers une stabilité. La baisse pourrait même cesser dans les semaines ou mois à venir.

Le remboursement anticipé d’un prêt est un versement pour payer une partie ou l’ensemble des montants empruntés qui n’ont pas encore été remboursés. Cependant, qui peut exiger un remboursement anticipé ?

Depuis le 1er mai 2015, une banque ou un établissement de crédit devra justifier un refus de délégation d’assurance dans le cadre d’un prêt immobilier ou d’un regroupement de prêts immobiliers.

Selon l’étude trimestrielle de la banque centrale Européenne (BCE), les conditions d’octroi de crédit se sont considérablement améliorées au troisième trimestre en zone Euro.

Le marché moderne du crédit n’a pas fini de surprendre, la dernière tendance en date : le taux d’intérêt négatif. Pour le moment, elle ne concerne que le marché obligatoire. Cependant, cette tendance peut-elle concerner les crédits accordés aux particuliers ?

En septembre, pour le cinquième mois consécutif, les retraits sur le livret A ont été nettement supérieurs que les dépôts. La décollecte atteint près de 2,4 milliards d’euros.

Que ce soit un financement classique ou un regroupement de crédits, les dernières statistiques font état d’une nette amélioration des conditions de financement.

Selon la banque de France, l’accès au crédit des PME (petites et moyennes entreprises) et des TPE (très petites entreprises) s’est considérablement amélioré au 3ème trimestre, mais la demande reste faible.

Malgré le renforcement de la loi Lagarde par la loi Hamon qui permet de choisir librement son contrat d’assurance emprunteur, force est de constater que les emprunteurs et/ou les banques font encore de la résistance.

Depuis plusieurs mois, tout le monde le répète, les taux d’intérêts n’ont jamais été aussi bas. Cependant, de plus en plus d’emprunteurs pensent que les critères d’octroi des crédits imposés par les banques sont trop drastiques. Voici les principaux critères.

La commission Européenne a annoncé un nouveau cadre prudentiel afin de stimuler les investissements dans l’économie Européenne et de relancer la machine du crédit. Il s’agit de l’assouplissement des règles pour les crédits titrisés.

Selon la cour d’appel de Bordeaux, un contrat d’assurance emprunteur de groupe est réalisable à l’échéance annuelle, comme tous les autres contrats soumis aux dispositifs de l’article L. 113-12 du code des assurances.

Contrairement au FMI qui évoque un risque réel de récession, la banque centrale Européenne prévoit un inversement de la courbe du crédit en zone dès 2015.

Selon le code de la consommation, lorsqu’un consommateur se voit proposer une offre de crédit renouvelable, il doit aussi se voir proposer une offre de prêt amortissable. Le décret détaillant les modalités d’application et de comparaison vient d’être publié au Journal Officiel du 17 mars 2015.

Les rendements des produits d’épargne n’ont jamais été aussi faibles, pénalisant les épargnants. En même temps, le taux d’intérêt moyen « immobilier » est aussi à son plus bas historique, ce qui favorise les opérations de crédits. Cependant, comment optimiser son budget dans la conjoncture actuelle ?

La banque centrale Européenne (BCE), lance ce jeudi 18 septembre 2014 une vague de prêts à taux quasi nul aux établissements prêteurs Européens jusqu’en 2016 pour financer l’économie.

Les professionnels de l’immobilier ont analysé plusieurs éléments tels que : la situation professionnelle, le montant du prêt ou encore l’âge de l’emprunteur afin de définir le portrait-robot du souscripteur d’un prêt immobilier.

La tendance baissière des taux immobiliers n’a pas ralenti pendant l’été, le taux moyen a atteint un nouveau record à 2,68 %. Les conditions d’accès aux crédits se sont aussi améliorées pour les accédants à la propriété.

Un constat qui illustre de nouveau les conséquences de certains types de crédits. Alors que les conditions d’octroi des crédits sont de en plus souples, la banque de France est confrontée à un afflux de dossier de surendettement à Saint-Quentin (02100) dans l’Aisne.

Présentée lors du conseil des ministres le 20 août 2014, la réforme relative au taux d’intérêt légal a été publiée au journal officiel. Cette réforme va modifier le mode de calcul du taux de l’intérêt légal à compter du 1er janvier 2015.

Selon les statistiques mensuelles de la banque de France sur la distribution de crédit immobilier, les banques et les établissements de crédit ont enregistré une hausse de la demande de plus 40 % par rapport à décembre 2014.

Le crédit étudiant est un prêt à la consommation qui permet à un étudiant de financer sereinement ses études. Ce type de financement est devenu indispensable pour certains étudiants. Voici ce qu’il faut savoir sur ce prêt à la consommation pas comme les autres.

Les offres de prêts à la consommation, qu’elles soient classiques ou dans le cadre de regroupements de crédits, sont souvent riches en arguments positifs. Cependant, ces offres doivent mentionner certaines mentions obligatoires les rendant compréhensibles et facilement comparables. Voici en détail quelques informations obligatoires.

De plus en plus d’observateurs s’interrogent sur la nécessité de porter une attention particulière à l’évolution des taux d’intérêt. En effet, la question est de savoir à profitent cette tendance baissière des taux ?

Selon une récente étude, les Français se montrent particulièrement optimistes pour l’année 2015. Le moral retrouve des couleurs et avec lui, c’est toute une machine économique (consommation, dépense, crédit…) qui pourrait repartir.

Publie au journal officiel, le nouveau décret 2014-889 du Ministère du logement et de l’égalité des territoires va apporter de nombreuses modifications sur les conditions du prêt à taux zéro.