Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /var/www/html/plugins/system/bytevarnish/bytevarnish.php:67) in /var/www/html/plugins/system/jch_optimize/platform/cache.php on line 192
Banque : payer en ligne à l’aide du pouce ou de la rétine va devenir une norme - Actualités - Responis

Simulez votre rachat de crédit

Jusqu'à -60% sur vos mensualités

Vous êtes ?

Gratuit & sans engagement

La date de l’entrée en vigueur des nouvelles normes de sécurité pour les paiements en ligne approche. Les banques vont devoir réinventer leurs processus d’identification de leurs clients d’ici septembre prochain.

La DSP2 entend bousculer les usages

La sécurité est au cœur des réflexions en matière d’innovations dans le secteur bancaire. Les professionnels sont amenés à proposer des solutions inédites qui répondent à cette thématique. Dans un monde où les paiements dématérialisés prennent de plus en plus d’ampleur au fil des années, c’est une préoccupation de premier ordre légitime pour les usagers. D’autant que les chiffres autour du hacking et du vol de données bancaires gonflent conjointement.

Pour cela, l’Europe s’est dotée d’un nouveau cadre juridique visant à renforcer les obligations des banques dans ce domaine. Les députés européens ont effectivement voté la mise en place de la directive des services de paiement (DSP2) qui est entrée en action depuis janvier 2018. Au-delà des enjeux liés à la sécurité des opérations de paiement, ce nouveau règlement est destiné à encourager l’innovation dans le secteur. Les fintech ont maintenant accès aux données des banques, après l’accord des utilisateurs, dans le contexte de l’open banking. Concrètement, cela permet à ces start-up de proposer leurs outils d’agrégateur de comptes ou de coach budgétaire. Aussi, la DSP2 soumet les établissements à créer des applicatifs optimisées pour l’expérience client.

Maintenant, le déploiement de la nouvelle directive est prévu pour s’échelonner en deux temps. L’open banking ainsi que l’enrichissement de l’expérience utilisateur sont deux missions déjà actives. Pour ce qui est de l’amélioration de la sécurité,  le mois de septembre marquera l’entrée en vigueur des nouvelles normes. En l’espèce, une authentification dite « forte » devra être en fonction pour valider les opérations sur internet effectuées par carte bancaire.

La biométrie pour sécuriser davantage les paiements

Pour répondre à ces exigences qui approchent à grands pas, les banques misent sur le développement de la biométrie. Il s’agit d’un moyen d’identification par le biais d’un scan d’iris, de la voix, de l’empreinte digitale ou du visage d’un utilisateur. Lorsqu’un achat en ligne sera exécuté, le consommateur devra se plier à un « contrôle » pour confirmer son identité au travers d’un procédé biométrique spécialement mis en place par sa banque.

Enfin, cette démarche pose un sérieux problème en matière de délai. Les professionnels avouent que la création de services sécurisés de ce type réclame du temps et des investissements financiers conséquents. Etant donné que les banques ont l’obligation légale de répondre à tous leurs clients et que l’envoi d’un simple SMS de confirmation ne suffira plus, elles doivent également trouver des solutions pour les personnes ne disposant pas d’appareil compatible avec la biométrie. Les sites spécialisés dans le commerce en ligne craignent quant à eux un risque de voir une proportion plus élevée de voir les clients abandonner les transactions en cours de réalisation.