Le marché bancaire ne finit pas de se transformer. Notamment depuis l’entrée de nouveaux acteurs qui ont profondément influencé le cap suivi par les établissements bancaires traditionnels. Les concurrents fraichement débarqués poursuivent leur développement et confirment qu’ils ont une place de plus en plus importante. Lors de la clôture de l’année 2017, les banques en ligne cumulaient 4,4 millions de clients, soit 6,5% des Français. Une implantation qui témoigne de leur impact.

Des clients de plus en plus nombreux à adhérer à la banque à distance

Les banques en ligne continuent d’avancer leurs pions sur l’échiquier. Et les mouvements entrepris semblent gagnants. En effet, elles peuvent se targuer d’engranger de plus en plus de clients à mesure que les années passent. Rien qu’en 2017, ce n’est pas moins de 1,3 million de personnes qui se sont dirigées vers les banques accessibles uniquement sur internet. Dorénavant, les portefeuilles cumulent 4,4 millions de clients à la fin 2017. Cela représente une croissance non négligeable de 41,9% entre le début de l’année, qui comptabilisait 3,1 millions de clients, et sa clôture.

Si les chiffres sont gages d’un engouement certain pour les banques qui surfent sur les technologies, cela passe notamment par des dépenses conséquentes en marketing. Elles positionnent leur communication sur de multiples canaux afin de toucher une cible large. De surcroît, les banques en ligne font régulièrement la promotion d’offres de bienvenue populaires mais coûteuses. Par le biais de dispositifs rémunérateurs, tels que les parrainages, elles enregistrent un gain notable de nouveaux clients. Un processus payant mais extrêmement onéreux.

De plus, les banques en ligne proposent des offres compétitives en matière de tarification. Bien souvent, celle-ci est inexistante pour un compte bancaire accompagnée d’une carte. Mais certaines banques réclament des conditions spécifiques qui leurs sont propres. Ces offres alléchantes sont possibles puisqu’elles n’ont pas de dépenses aussi fortes que les établissements ayant des agences physiques. Elles sont par conséquent en mesure de baisser leur tarification.

La loi Macron n’a pas eu la portée escomptée malgré tout

Si ces établissements spécialisés sur des services bancaires en ligne ont profité de la mobilité bancaire mise en place en février 2017, les Français ne se sont pas bousculés pour l’utiliser. Et ils ont toujours des réticences à domicilier leurs revenus auprès de ces banques. Pour une part de leurs clients, ces comptes en ligne demeurent dans l’immédiat secondaire. Mais les établissements entendent bénéficier dans le temps des conséquences la loi Macron via la simplification des transferts des comptes bancaires.