La Banque de France a publié les statistiques concernant les emprunts octroyés aux ménages et entrepreneurs individuels en France.

Les prêts à l’habitat continuent leur expansion

La conjoncture économique est favorable aux crédits immobiliers puisque les taux ont chuté depuis fin 2015. Ils se sont de nouveau dégradés,  passant de 2,10% en moyenne en avril 2016 à 1,61% en septembre pour les emprunts à long terme.

De ce fait, les ménages ont été nombreux à souscrire des prêts pour acquérir un bien immobilier dans le but d’en faire une résidence principale ou mettre cette nouvelle acquisition en location. Le montant global accordé par les banques a explosé, passant de 16,1 milliards d’euros en avril à 23,7 milliards en septembre 2016.

La part des renégociations des anciens prêts a également augmenté. Cette opération bancaire consiste à modifier les conditions d’un emprunt en appliquant un taux d’intérêt inférieur au précédent contrat et permet aux clients d’économiser sur la durée totale du prêt en cours.

La croissance des crédits à la consommation ralentit

La Banque de France observe un ralentissement des crédits à la consommation des ménages dans l’Hexagone en septembre malgré l’abaissement du niveau des barèmes. Au mois de septembre, les ménages souscrivaient des financements avec un taux de 3,87% tandis que cinq mois plus tôt, les taux étaient de 4,37%.

Depuis quelques mois, le montant accordé par les organismes de crédit pour les prêts à la consommation fluctue entre 4,5 et 5,1 milliards d’euros mais il n’y a pas d’augmentation significative comme pour les financements immobiliers.

Toutefois, la production des emprunts par les établissements bancaires reste dynamique et les banques en profitent pour fidéliser leurs clients et leur proposer d’autres produits bancaires.