Selon les statistiques publiées par la Banque de France, le nombre de dossiers de surendettement a augmenté légèrement en septembre par rapport au mois précédent. Par ailleurs, d’autres statistiques montrent que les prêts immobiliers sont de plus en plus impliqués dans les dossiers de surendettement.

Les crédits immobiliers dans plusieurs cas de surendettement

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager », si toutes les banques et intermédiaires bancaires ou presque connaissent cette mention obligation dans les contrats de prêt immobilier, force est de remarquer que de plus en plus d’emprunteurs n’évaluent pas bien l’étendue d’un tel engagement.

C’est en tout cas, ce que confirment les dernières statistiques de la Banque de France sur le nombre de dossiers de surendettement.

Sur le 1er semestre 2015, les dettes liées aux crédits (immobilier, consommation et assimilés) sont présents dans plus de 9 dossiers de surendettement sur 10. Parmi ces dettes, 13 % comportent des crédits immobiliers, contre 8 à 9 % il y a 3 ans.

A savoir, les mensualités de ce financement engloutissent plus d’un tiers des revenus des ménages, tous statuts socioprofessionnels confondus.

En fait, de nombreux propriétaires encore endettés peinent à revendre leur logement, acheté aux prix exorbitants et aux taux d’intérêt élevés, pour sortir la tête de l’eau. Les dettes liées aux dispositifs de défiscalisation sont aussi pointées du doigt.

A savoir que ces dispositifs sont mis en place pour aider les investisseurs à acheter un logement en vue de le louer, mais encore faut-il que le bien acheté trouve un occupant et ce n’est pas toujours le cas.

De ce fait, les loyers ne rentrent pas, alors que la banque les avait pris en compte dans le calcul de la capacité de remboursement de l’emprunteur qui tombe dans le surendettement.

Le crédit à la consommation, avec beaucoup de prudence

Certes, la part des prêts immobiliers progressent dans les dossiers de surendettement, mais les crédits à la consommation restent les principales causes de surendettement en France, ils concernent 82,9 % des dossiers en septembre.

Les crédits renouvelables sont présents dans 68, 3 % des dossiers et les découverts bancaires sont impliqués dans 57,5 % des cas selon les statistiques de la Banque de France.

Si, le crédit à la consommation est devenu indispensable pour financer ses projets sans toucher à son épargne allouée à d’autres projets comme la constitution d’un apport personnel pour une acquisition immobilière ou tout simplement pour répondre à des besoins ponctuels et imprévus, il est toutefois nécessaire de faire preuve de prudence.

En fait, lors de la demande de ce type de prêt, il est important de garder des marges de manœuvre financières, le montant de la mensualité doit pouvoir être payé sans aucune difficulté. Il est aussi capital de privilégier aussi les prêts modulables afin de réduire ou de différer des échéances en cas d’imprévus.