Les ménages français se tournent vers la prudence en cette fin d’année 2016 et veulent désormais préserver leurs finances. Au mois de septembre, les épargnants avaient retiré autant de liquidités qu’ils en avaient déposées auprès de leur établissement financier. Qu’en est-il pour le mois d’octobre ?

L’assurance vie connaît une collecte nette négative au mois d’octobre

L’annonce de la promulgation de la loi Sapin 2 montre déjà ses effets sur les souscripteurs d’assurances-vie. Le montant total des dépôts a été plus faible que celui  des retraits au mois d’octobre 2016 en France.

Avec des rendements considérés comme insuffisants par de nombreux particuliers et le risque pour les bénéficiaires de se voir refuser temporairement l’accès à leurs liquidités en cas de situation économique difficile, il semblerait que ce placement  ne soit plus autant apprécié qu’avant.

Les épargnants sont encore plus réticents à souscrire des produits bancaires dont le risque est plus élevé comme les unités de compte. Ce genre de placement est plus rentable sur le long-terme mais l’apport initial n’est pas garanti.

Affaiblissement de la confiance donnée à l’assurance-vie?

Cette situation intervient après une longue période de chute des taux, provoquant la baisse considérable des rendements annuels. Certains placements dont la rémunération est plus faible que celle de l’assurance-vie ont été avantagés parce que les particuliers veulent désormais bénéficier d’un placement moins dangereux pour leur porte-monnaie.

L’incertitude en France se ressent de plus en plus, de nombreux ménages investissent dans les valeurs dites « refuges » au lieu de placer leur argent auprès d’organismes financiers. Les fluctuations des marchés et les rendements faibles rendent les épargnants très méfiants à propos de la santé globale de l’économie.