Responis vous tient informé de l'évolution de la crise financière, des bons plans pour ses finances et des solutions anti crises pour votre budget.

D’après une étude réalisée par CSA Research, les Français manquent en moyenne de 484 € par mois pour vivre confortablement, soit une augmentation de 20 € par rapport à la précédente étude réalisée en 2016.

Dans un entretien accordé au journal « le monde », le président de la république a expliqué la nécessité d’accélérer les principales réformes économiques pour favoriser la croissance et la reprise économique.

Selon les données de l’INSEE, l’indice des prix à la consommation a progressé de 0,5 % et de 0,4 % hors tabac en juillet. Le taux d’inflation annuel reste le même qu’en juin.

Après la crise bancaire survenue il y a quelques années, le président de l’Eurogroupe se veut rassurant sur la structure des banques de la zone euro.

En France pour ce mois de février 2016, il est possible de constater une augmentation de 1,12 % en moyenne du prix des péages.

Selon l’Eurostat, les prix dans les pays membres de la zone Euro n’ont augmenté que de 0,4 % sur un an. Un constat qui rend bien réel le risque de déflation en zone Euro.

Les prix à la consommation (hors tabac) se sont stabilisés en juin, mais la hausse sur un an s’inscrit à 0,5 %, tandis que la production a reculé de 1,7 % selon l’INSEE.

Le mois dernier, les prix à la consommation ont reculé de 0,2 %, ramenant le taux d’inflation à 0 % en rythme annuel, selon les statistiques publiées par l’INSEE.

Selon le résultat de l’institut économique Molinari, la France aura dépensé ses 390 milliards d’euros de recettes fiscales de l’année 2015 le dimanche 8 novembre 2015 et devra forcément emprunter. L’hexagone va donc devoir vivre à crédit.

L’agence de notation Américaine Standard & Poor (S&P) a décidé de maintenir la note de la France actuellement à AA et estime que la conjoncture du pays est stable.

Selon le résultat d’une récente étude, plus de 50 % des Français épargnent moins de 50 euros par mois. Cette étude confirme également que seul un ménage sur deux à la capacité de mettre de l’argent de côté.

L’engagement des autorités Françaises auprès de Bruxelles de ramener le déficit public sous les 3 % du PIB d’ici 2015 semble compromis, en fait le pays a enregistré un déficit public de 4,3 % du PIB en 2013, soit 0,2 points de plus que l’objectif de 4,1 %.

Selon un récent communiqué de l’INSEE, l’indice des prix à la consommation en France est resté stable en septembre en variation annuelle, soit une inflation nulle pour le deuxième mois consécutif.

Selon les données publiées par Eurostat, l’inflation en zone euro a reculé en février à 0,7 % sur un an, retrouvant ainsi son plus bas niveau depuis novembre 2013. Quels seraient les impacts de cette hausse de prix en France ?

Les ventes de logements neufs s’accélèrent au cours du troisième trimestre selon la Fédération des Promoteurs Immobiliers, un signe rassurant qui montre un retour des investisseurs.

La fiscalité pèse de plus en plus dans le portefeuille des Français. Ce principe prévaut aussi dans le domaine des successions et des transmissions patrimoniales qui voient la marge de manœuvre des familles et des ménages se réduire en cas d’héritage ou de succession. Depuis l’été 2012, Bercy a en effet réduit les abattements fiscaux et surtout réévalué les tranches de taxes appliquées au-delà des plafonds.

Le gouvernement vient d’annoncer une mesure qui vise à réduire les impôts pour l’année 2016. Selon Michel SAPIN, ministre des Finances, la baisse pourrait concerner les impôts sur le revenu.

Dans la loi de finances pour 2014, les conseils généraux qui le souhaitent pourraient faire passer de 3,8 à 4,5 % pendant 2 ans les droits de mutation lors d’une transaction immobilière. Voici les détails de cette nouvelle mesure qui entre en vigueur à partir du 1er mars.

Que vous soyez locataire ou propriétaire, un certain nombre de charges relatives à votre logement pèsent sur vos épaules. Selon les récents chiffres publiés, ces charges ont augmenté de plus de 15 % en trois ans.

Mauvaise surprise pour le gouvernement avec les récents chiffres de croissance publiés par l’INSEE. Le PIB de la France a stagné au deuxième trimestre 2015.

La prime de noël a été instaurée depuis sa création en 1998 et a été depuis renouvelée chaque année avec un certain nombre d’évolutions en fonction des différents allocataires. Par exemple, les bénéficiaires du RSA ont été aussi inclus aux personnes éligibles à cette dernière.

En juillet 2015 aura lieu la modulation des allocations familiales en fonction des revenus des ménages, ce qui impactera 10% des ayant droits.

Depuis lundi 9 mars 2015, la banque centrale Européenne (BCE) a lancé son programme de rachat de dettes publiques et privées pour créer un choc de confiance dans la zone Euro et pour repousser la menace déflationniste. Retour sur quelques détails de ce programme.

Selon l’INSEE, la croissance Française a atteint 0,5% au deuxième trimestre 2013, un reprise encore fragile.

Pour l’OCDE, le taux de chômage en France va continuer à augmenter jusqu’à la fin 2014, l’organisation internationale préconise à la France de réaliser des reformes structurelles.

Même si pour l’heure la France n’est pas en déflation, le ralentissement de l’inflation renforce l’hypothèse d’un risque de basculement dans la déflation. Alors quelles seraient les conséquences de cette tendance sur le remboursement des crédits ?

Pour la première fois depuis 2013, le nombre de chômeurs n’ayant pas du tout travaillé dans le mois a baissé de 11 100 en août. La France compte désormais 3,413 millions de demandeurs d’emploi.

L’agence de notation financière Moody’s a maintenu la note de la dette à long terme de la France, cette note qui évalue la solvabilité de la France a emprunté reste à AA1, soit la deuxième échelle.

Malgré la hausse des impôts, le gouvernement a annoncé un déficit des recettes publiques en raison de plusieurs dépenses exceptionnelles et à la faiblesse des rentrées fiscales.

Selon les derniers indices PMI (Purchasing Manager’s Index), la reprise de l’activité se poursuit dans la zone Euro et l’économie Française se stabilise.

Selon le dernier baromètre CSA, il manquerait en moyenne 464 euros aux français chaque mois pour vivre confortablement. Et près d’un sondé sur 5 voit son compte bancaire dans le rouge chaque mois.

Le mercredi 10 septembre 2014, le ministre des finances Michel Sapin a officiellement revu à la  baisse les prévisions de croissance du gouvernement. Il a aussi reconnu que le déficit public de la France resterait cette année et 2015 plus important qu’en 2013.

Selon les données publiées par l’INSEE, le niveau de vie médian des Français a baissé de 1 % en 2012. Ce recul concerne aussi bien les plus riches que les plus modestes. Dans le même temps le niveau de la pauvreté enregistre une légère baisse.

Le gouvernement travaille actuellement sur un projet de loi ayant pour objectif principal de relancer la consommation Française.

La banque centrale Européenne a abaissé encore le niveau de son principal taux directeur à 0,05 %, soit le plus bas niveau de son histoire. Quelles sont les conséquences de cette décision ?

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré qu’environ 15% des français les plus aisés verront leurs allocations familiales baissées.