Selon le résultat d’une récente étude, plus de 50 % des Français épargnent moins de 50 euros par mois. Cette étude confirme également que seul un ménage sur deux à la capacité de mettre de l’argent de côté.

Les Français n’arrivent plus à épargner

Certes, la France à l’un des taux d’épargne les plus importants en Europe, mais il faut savoir que cette capacité à mettre de l’argent de côté ne concerne pas toutes les classes sociales. Selon le résultat d’une récente étude, seul un ménage sur deux à la capacité d’épargner.

Par ailleurs, la possibilité de mettre de l’argent de côté est en fonction de plusieurs facteurs. En fait, il est presque impossible d’épargner à moins de 30 ans ou à plus de 70 ans. De ce fait, l’épargne varie au fil de la vie.

Un autre facteur déterminant est le niveau des revenus, 15 % de la population la plus aisée  épargnent en moyenne un tiers de leurs revenus. Le dernier quart dépense plus qu’il ne gagne.

La composition du foyer et le nombre d’enfants jouent également, tout comme la zone géographique.

Selon l’étude, le portrait-robot de celui qui épargne le plus, c’est un cadre ou agriculteur vivant dans une petite ville, qui a un seul enfant et propriétaire de son logement. En revanche, celui qui épargne le moins est un jeune urbain à faibles revenus.

Des fins de mois difficiles et des postes de dépenses supprimés

Selon le résultat de cette étude menée en Europe par un groupe Américain, 42 % des ménages sont totalement d’accord avec l’affirmation suivante « j’ai la plupart du temps du mal à tenir jusqu’à la fin du mois ».

Un chiffre inquiétant sur le pouvoir d’achat des Français. De ce fait, 20 % des ménages estiment éprouver toujours des difficultés ou être toujours en retard pour payer les factures ou les mensualités des crédits.

Ainsi, 38 % des personnes sondées ne tiendraient même pas 30 jours sur leurs réserves en cas de perte de revenus. Un Français sur cinq estime ne pouvoir même pas tenir une semaine en cas de perte soudaine de revenus.

Cette tendance est encore plus marquée chez les femmes, 24 % d’entre elles ne tiendraient pas plus d’une semaine, contre 15 % des hommes.

Il ressort également de l’étude que de plus en plus de postes de dépenses sont sacrifiés. En tête des postes sacrifiés on trouve le restaurant (52 %), le shopping (50 %) ou encore les vacances (41 %).