Si la durée moyenne du financement immobilier a reculé en 2015 de six mois, cette baisse est nuancée par les nombreux recours aux rachats de crédits. Le prêt immobilier classique, lui, s’est allongé.

Un recul de six mois

Les taux d’intérêts des crédits immobiliers ne sont pas les seuls à baisser. En effet, entre 2014 et 2015, la durée moyenne des prêts à l’habitat a reculé de 6 mois en passant de 18,5 ans à 18 ans. C’est ce que constate l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), le « gendarme » des activités bancaires en France, dans son rapport annuel sur le financement de l’habitat.

Sur les quinze dernières années, cette durée moyenne a atteint son plus haut niveau en 2008 avec des emprunts contractés sur 20 ans. Depuis, elle connait une évolution à la baisse malgré un léger rebond au cours de l’année 2012.

La baisse des taux profite aux emprunteurs qui bénéficient ainsi d’un plus fort pouvoir d’achat immobilier. En effet, pour un même capital emprunté, les durées de remboursement sont différentes entre le début de la chute des taux et maintenant.

Le rachat de crédit accentue la baisse

Cependant, le recul de la durée moyenne des financements à l’habitat est davantage dû à un effet de structure. Car ce sont les nombreux rachats de crédits externes qui tirent cette moyenne vers le bas. Il faut noter que leur durée initiale reste en retrait par rapport aux autres formes de financements.

Au cours de l’année 2015, la durée initiale des rachats de crédits a reculé d’un mois. Mais les crédits immobiliers classiques, eux, se sont allongés. Les acquéreurs déjà propriétaires ont vu la durée de leurs prêts augmenter de 5 mois. Quant aux primo-accédants et aux investisseurs locatifs, ils se sont endettés pour 4 mois de plus.

Dans son rapport, l’ACPR note que les emprunts contractés sur plus de 25 années ne représentent que 1 % de la production des banques. D’ailleurs, une seule banque se positionne sur ce marché du crédit longue durée en s’adressant aux primo-accédants dont les revenus avoisinent deux fois le salaire minimum.