L’année 2018 va connaitre plusieurs changements, notamment dans le domaine de l’immobilier ou plusieurs dispositif vont être ajustés, certains supprimés tandis que d’autres vont tout simplement être prolongés durant une période définie.

Immobilier : le financement en priorité

L’année 2018 sonne le glas pour de nombreux dispositifs qui subiront certains changements, notamment concernant l’investissement mais aussi l’accès à la propriété.

Ainsi, il sera possible pour de nombreux propriétaires de profiter du prolongement du dispositif Pinel permettant de déduire une partie de l’investissement sur un bien immobilier de l’impôt sur le revenu en contrepartie d’une location du bien. Ce dispositif devait prendre fin le 31 décembre 2017 mais a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2021 pour les zones dites « tendues » (A et B1).

Egalement, le PTZ (Prêt à Taux Zéro) concernant les primo-accédants a été reconduit jusqu’en 2021 mais seulement pour les zones citées précédemment (A et B1). Néanmoins, il sera toujours possible de recourir à ce prêt dans les zones B2 et C jusqu’en 2019.

Toutefois, le dispositif des aides personnalisées au logement (APL) va subir une baisse estimée à 60 €. Cette baisse est destinée à faire baisser les loyers des parcs sociaux et compte s’étendre sur 3 ans. Néanmoins, l’APL accession est quant à elle supprimée pour les nouveaux bénéficiaires.

Immobilier : l’accès à la propriété facilité

Concernant les suppressions, la taxe d’habitation va progressivement être supprimée pour environ 80% des contribuables. La suppression de cette taxe devrait encourager le pouvoir d’achat des ménages et éventuellement l’investissement de ces derniers.

Dans le même courant, la vente de terrains à bâtir va être encouragé afin d’aider la construction de logements sociaux  mais aussi des logements dit « libre ». Cette encouragement se traduit par un abattement exceptionnel des plus-values réalisées lors de la vente du terrain jusqu’à hauteur de 100% pour un logement social et 70% pour un logement libre.

Pour finir, l’assurance emprunteur peut désormais être renégociée chaque année. Cette mesure s’inscrit dans l’amendement Bourquin qui va permettre aux emprunteurs de résilier l’assurance de groupe proposée par la banque au profit d’une assurance individuelle généralement moins onéreuse.