Après plusieurs mois de baisses consécutives, les taux d’intérêt des crédits immobiliers restent très bas et continue de baisser pour le mois de novembre. Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’en début d’année 2018 avant de remonter légèrement en fonction des décisions de la BCE.

Plusieurs mois de baisses consécutives

Ce n’est plus un secret, les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont en baisse constante. Avec un taux affiché à 1,58% en août pour toutes les durées confondues, ce dernier est passé à 1,56% en septembre et atteint 1,55% en octobre. Cette tendance devrait se poursuivre avec un taux de niveau inférieur en novembre mais qui restera plus élevée que les années précédentes (2016 et 2015).

Par ailleurs, la concurrence entre les banques qui résulte de la baisse de la demande de prêt permet aux consommateurs d’obtenir une marge de manœuvre plus importante et qui va autoriser une négociation plus aisée et d’éventuellement obtenir un taux encore plus bas ou des conditions de remboursement plus souples.

De nouvelles baisses à venir en 2018 ?

Avec de nombreuses baisses durant l’année 2017, les taux d’intérêt des crédits immobiliers devraient poursuivre leurs baisses jusqu’en début d’année 2018 mais risquent d’évoluer vers une hausse en fonction des décisions de la BCE (Banque Centrale Européenne) qui actuellement prête aux banques à hauteur de 0% mais pourrait monter aux alentours de 2% le taux directeur.

En effet, la croissance et l’inflation augmentant lentement, les taux d’intérêt des prêts immobiliers suivront la tendance. Toutefois, ces augmentations ne devrait pas impacter de façon importante les acquéreurs si le marché de l’immobilier reste stable, hormis dans les zones tendues ou il est toujours difficile pour des primo-accèdants aux revenus modeste d’obtenir un logement.

Même avec les évolutions des taux d’intérêt des crédits immobiliers, il est nécessaire pour les emprunteurs de négocier leurs conditions de remboursement au cas par cas. En effet, certaines banques ciblent des profils jeunes ou aux revenus élevés et peuvent octroyer des conditions de remboursement plus favorables avec un taux d’intérêt généralement moins élevé.