L’assurance emprunteur permet à de nombreuses personnes de se protéger lors d’un accident de la vie, une étape ne leur permettant pas de rembourser leurs crédits. Néanmoins, cette assurance présente un coût pouvant varier en fonction du prestataire et représenter jusqu’à 30% du coût du crédit. Afin de réduire cette charge supplémentaire, de quels moyens dispose l’emprunteur ?

Assurance emprunteur : une assurance souvent oublié des emprunteurs

L’assurance emprunteur est une assurance permettant de protéger les emprunteurs de différentes situations pouvant se présenter durant le remboursement comme un accident entrainant une perte d’autonomie ou bien un licenciement ne permettant plus de rembourser le crédit.

Néanmoins, ces protections sont souvent méconnues des souscripteurs malgré le coût qu’elles représentent : jusqu’à 30% du coût global du crédit ! Toutefois, le coût de l’assurance emprunteur peut varier en fonction du prestataire fournissant le service.

Ainsi, l’assurance la plus souvent souscrite est celle de la banque. Souvent plus onéreuse que d’autres assurances, elle comporte une mutualisation du risque entre l’ensemble des emprunteurs ce qui peut parfois augmenter le coût de cette assurance.

Assurance emprunteur : déléguer pour économiser

Si l’assurance emprunteur possède un coût important lors d’un financement, elle peut être résiliée au profit d’une autre assurant les mêmes garanties mais pour un coût pouvant être beaucoup moins élevé.

En effet, plusieurs législations ont été adoptées afin de faciliter la résiliation de l’assurance emprunteur mais aussi sa délégation envers un autre prestataire offrant un service plus compétitif que celle de la banque.

De ce fait, l’emprunteur peut recourir à ces différents dispositifs :

  • Loi MURCEF: interdit aux organismes bancaires de vendre une assurance étant liée à un crédit, permettant à l’emprunteur de changer d’assurance s’il le souhaite.
  • Loi Châtel: oblige les banques à notifier leurs clients de la reconduction automatique de leurs offres d’assurances et les possibilités de résilier cette dernière.
  • Loi Lagarde: elle autorise l’emprunteur à réaliser une délégation d’assurance sans que la banque puisse moduler le taux d’intérêt du prêt du fait que l’assurance de la banque sera résiliée.
  • Loi Hamon: permet aux emprunteurs de résilier leurs assurances emprunteurs durant les 12 premiers mois après la souscription, permettant d’éviter la pression émise par les banques sur l’accord du prêt concernant la souscription de l’assurance de la banque.